Séjour de Jane Fonda au Vietnam ( 1972 )

 

2-7.jpg

Arrivée à Hanoï de Jane Fonda

 

 

   En juillet 1972, la direction du service cinématographique de la R.D.V me demanda de revenir à Hanoï pour réaliser un reportage sur le séjour de Jane Fonda. Qelques jours auparavant, Jane Fonda er Marlon Brando avaient assisté à une projection de mon film "Entrtien avec Nguyen Khac Vien" au cinéma Le Champollion. J'ai voyagé en compagnie de la militante pour la paix au Vietnam. A l'embarquement, un caddie s'est renversé sur son pied. Elle souffrait terriblement. A l'escale de Moscou, elle fut conduite à un hôpital pour être plâtrée. Le lendemain à l'aube, elle insista pour continuer le voyage. Il y eut un incident avant que l'avion, déjà en bout de piste, ne décolle. Une matronne surgit dans la cabine et, furieuse, éxigea qu'on lui rende la béquille que l'hôpital avait fournie à Jane Fonda. On n'eut beau discuter, argumenter que la béquille serait rendue au retour. La femme expliqua qu'elle en était comptable et qu'à Hanoî, les béquilles ne manquaient pas (sic). On lui en prêtera sûrement une. Jane qui ne tenait pas à créer un incident diplomatique rendit la béquille avec un beau sourire. L'incident clos, l'avion prit son envol pour un long, très long voyage. Dans l'après-midi, alors qu'on survolait le Laos, le commandant de bord annonça qu'il était contraint de se poser à Vientiane. Un bombardement sur Hanoî. Une heure d'attente avant de reprendre l'air. A l'approche du Vietnam, des avions américains revenant de leur sinistre mission, entourèrent  notre avion. Ils tournaient autour en battant des ailes. Jane les  regarda par le hublot. Jusque là, elle avait fait bonne figure, malgré sa souffrance et sa fatigue. Elle pleura et murmura "J'ai honte pour mon pays". Elle resta silencieuse et pensive jusqu'au terme du voyage. Elle refusa toute aide pour descendre de l'avion. Sa force de caractère lui permit d'effacer de son visage tout signe de fatigue et de souffrance. Sans fards et sans apprêts, elle était encore plus belle que dans ses films. Je m'empressai de la prendre en photo avec une simple boîte kodak achetée, à l'escale de Moscou ayant oublié mon appareil photo à Paris. Jane a été  acceuillie en toute simplicité par celui qui serait notre accompagnateur. Aucun photographe n'avait été convié, aucune foule mobilisée. C'est à l'hôtel qu'eut lieu une modeste réception officielle autour d'une collation. Jane Fonda fut très touchée par cet accueil sobre et délicat qu'elle considera comme une marque de respect de sa persone telle qu'en elle-même dépouillée des faux-semblants d'une star.  

 

                                                          Premiers entretiens                                                             

3-3.jpg     18-3.jpg

  Premiers contacts avec les réalités                                            

17-3.jpg

     19-10.jpg

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               Sur les ruines de l'hôpital bombardé le jour de notre arrivée

4.jpg

img024-2-2.jpg6-4.jpg

 21.jpg

                                                                               Rencontre avec les pilotes américains prisonniers

oct23-93.jpg

 oct23-95-1.jpgphoto-jpg00-2.jpg

 

 

 

                                                            

 

 

 photo-004-1.jpg

 

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

 

  

Au cours de cet entretien, Jane se montra attentive aux conditions de détention des pilotes. Elle leur dit qu'elle avait vu les dégats matériels provoqués par le récent bombardement sur l'hôpital de Hanoï et constaté avec douleur que les victimes étaient des médecins, des soignants, des malades. Elle leur dit que ce constat l'avait raffermi dans sa volonté de militer pour mettre fin à une guerre injuste et cruelle. Elle leur dit que les dirigeants des Etats-Unis avaient abusé de leur patriotisme en les engageant à combattre au nom de la défense du peuple américain, un peuple qui veut avant tout disposer de lui-mëme et conquérir son indépendance.

  

 les photos ont été prises par Gérard Guillaume Reproduction interdite sans autorisation.

 

 

 

 

 

 

 

         

 
 
 
 
 

Date de dernière mise à jour : lundi 13 août 2012